Charte

LA CHARTE DU MOUVEMENT

Au-delà des événements organisés, la Fête Nationale de l’Evangile est un mouvement qui vise à lever une nouvelle génération dont le ministère est ancré dans un certain nombre de valeurs fondamentales. Cette charte expose succinctement ces différentes valeurs.

UNE NOUVELLE GENERATION

Nous croyons que le Seigneur suscite une nouvelle génération de ministères, et qu’il est nécessaire de leur offrir un socle apostolique et prophétique supra-dénominationel. Et nous croyons à l’importance de ramener les cœurs des Pères vers les fils et les filles, et les cœurs des fils et des filles vers les Pères.

LA VRAIE URGENCE

Nous croyons que la véritable urgence n’est pas de travailler au succès de nos ministères, à la reconnaissance des pouvoirs publics concernant nos multiples activités religieuses ou encore à la progression financière de nos trésoreries, mais qu’il devient primordial de retrouver l’urgence de la prédication de la croix et de la manifestation de la puissance de Dieu qui en découle, afin d’œuvrer au Salut des âmes, de millions d’âmes… qui n’ont pas encore reçu Christ comme leur Sauveur et Seigneur.

LES MIRACLES

Le véritable Evangile, lorsqu’il est prêché, est toujours confirmé par la puissance du Saint-Esprit. Il ne s’agit pas d’un idéal charismatique, mais d’une réalité clairement révélée dans la Parole de Dieu. La volonté de Dieu est de faire de chacun de ses témoins, des producteurs de preuves, au moyen des divers dons de l’Esprit. C’est par une foi agissante dans l’amour, sans le moindre esprit concurrentiel, que nous parviendrons à démontrer à ce monde que Jésus Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement.

L’EGLISE ET LES 5 MINISTERES

Nous croyons à la nécessité de retrouver la pleine révélation des cinq ministères (Ephésiens 4 v 11) et d’œuvrer en faveur d’une saine collaboration entre ces différents ministères indispensables à l’œuvre du Christ.

Nous croyons que le Christianisme virtuel, où la foi se vit exclusivement par le biais de l’Internet, est une hérésie, s’il est un prétexte pour fuir les églises locales. Dieu a donné des pasteurs à son peuple et a institué la communion fraternelle, la fraction du pain, la prière communautaire, l’enseignement des Apôtres… comme les piliers d’un Christianisme authentique (Actes 2 v 42). A contrario, l’église locale n’est pas la seule expression du mouvement de l’Esprit. Les cinq ministères ont des prérogatives différentes et complémentaires et leur action ne se limite pas aux églises locales.

LE MINISTERE DES FEMMES

Le ministère féminin n’existe pas davantage que le ministère masculin. La Bible nous révèle qu’il n’existe qu’un seul genre de ministère, celui du Saint-Esprit. Nous croyons que les directives pastorales de l’Apôtre Paul sont à lire avec une intelligence renouvelée, au même titre que ses opinions concernant l’esclavage ou le célibat décidé par les pères à propos de leurs filles. Nous croyons que le Saint-Esprit est répandu sur toute chair et que plusieurs femmes dans la Bible, ont été de grands leaders pour leur génération. Plaise à Dieu que « les messagères de bonnes nouvelles » soient « une grande armée » (Psaume 68 v 12)

LA PROSPERITE

Nous croyons que Dieu est riche, car c’est à lui qu’appartiennent l’or et l’argent. Nous croyons que la pauvreté ne fait pas de nous des meilleurs disciples. Nous croyons qu’il «nous donne toute chose avec abondance pour que nous en jouissions» (I Timothée 6 v 17). Néanmoins, nous croyons également qu’il sera demandé beaucoup à ceux qui ont reçu beaucoup et qu’une prospérité selon le cœur de Dieu engendre une grande générosité à l’égard du prochain. La prospérité biblique n’est pas un enrichissement personnel en vue de nourrir notre égocentrisme, mais elle est un moyen que Dieu peut utiliser pour nous permettre d’avoir davantage d’impact auprès de nos contemporains.

L’UNITÉ

Nous croyons que nous devons aimer toute personne, quelle que soit sa confession, mais nous croyons à un amour qui s’inspire du Christ et qui se manifeste par un souci de la vérité, quel qu’en soit le prix à payer. En ce sens, le dialogue œcuménique peut devenir un véritable piège pour la prédication de la vérité. Nous croyons dans une unité fondée dans le Plein Evangile, laissant place à une prédication sans compromission. Le message du renoncement aux œuvres mortes et l’appel à la repentance ne peuvent être «limés» afin de s’adapter aux désidératas de divers systèmes religieux aux doctrines douteuses. Nous croyons que chaque âme vivante de ce monde a le droit de recevoir le lait pur de l’Evangile, même si cela suscite la vexation de certaines autorités religieuses. Nous ne prétendons pas être meilleurs que quiconque, mais nous croyons simplement qu’il nous faut dénoncer toute doctrine étrangère à la révélation biblique.

LA FIDELITÉ ET LA PURETÉ

Nous sommes profondément attachés à la nécessité d’apporter un bon témoignage de vie à ce monde qui nous entend prêcher Christ. Par conséquent, nous croyons que l’adultère, l’impudicité, la fornication, ou tout autre comportement sexuel contraire à la Parole de Dieu, ne peut être compatible avec une appartenance à ce mouvement. Nous croyons que la recherche continuelle d’une vie sanctifiée n’est pas un simple slogan dominical, mais un style de vie qui vient confirmer que Christ est véritablement le Seigneur de nos vies.

L’ESPRIT RELIGIEUX

Nous croyons que Dieu est plein d’humour, pour nous avoir créés avec la capacité de rire de nous-mêmes. L’humour est la contraction de l’amour et de l’humilité, deux qualités fondamentales pour les disciples que nous sommes appelés à devenir. Nous croyons que la prédication de la vérité ne signifie pas qu’il faille baptiser les gens dans le vinaigre. Nous croyons qu’il nous faut ressembler davantage aux petits enfants qui savent naturellement rire, car le Royaume des Cieux est pour ceux qui leur ressemblent. La foi est une merveilleuse aventure, pas une religion mortifère.

LA MEGALOMANIE

Nous attachons une grande importance aux motivations du cœur. Nul n’est indispensable et nous ne pouvons rien faire sans Jésus. En outre, nous sommes appelés à diminuer et à laisser Christ grandir en nous comme l’a brillamment exprimé Jean le Baptiste. La mégalomanie est une maladie à proscrire. Nous croyons que certains ministères sont plus exposés médiatiquement que d’autres, en raison de la spécificité de leur appel, mais nous croyons également que tout doit être fait uniquement pour la gloire de Dieu. Le ministère n’est qu’un simple serviteur et nous devons nous rendre serviteurs les uns des autres, manifestant ainsi l’amour parfait de Jésus-Christ.

L’EXPRESSION DE LA FOI

La foi doit pouvoir s’exprimer librement, selon la diversité des talents et selon la richesse des cultures. L’expression de la foi ne doit pas être réduite à la prédication ou à l’enseignement. Nous croyons que l’Evangile doit être prêché dans toutes les langues des hommes, y compris les arts et métiers.