Article dans la Dépêche du Midi : « Fête évangéliste au palais des congrès » !

Vous les avez peut-être rencontrés dans les rues avec leurs casquettes rouges et leurs tee-shirts blancs floqués d’un message de paix : depuis le 15 juillet, 300 évangélistes sillonnent Toulouse en distribuant des invitations pour la première édition de la fête nationale de l’Évangile qui se tient samedi 25 et dimanche 26 juillet au palais des congrès Pierre Baudis à Toulouse.

En dépit de la présence sur son territoire d’une cinquantaine d’églises évangélistes officielles majoritairement affiliées à la fédération protestante, et d’une vingtaine d’églises non officielles, Toulouse était la seule grande ville de France à ne pas avoir encore organisé sa grande fête de l’Évangile. Selon Paul Ohlott, pasteur au Centre Chrétien Carmel dans le quartier de Lalande, et organisateur du rassemblement, la communauté des églises évangéliques toulousaine rassemble de 5000 à 8000 fidèles. Ces églises qui sont apparues après guerre sont composées pour moitié de fidèles originaires de France et d’Europe, et pour moitié d’Africains essentiellement Congolais, Ivoiriens ou Malgaches. Ces Chrétiens venus d’Afrique sont d’ailleurs à l’origine du très fort développement des églises évangéliques à Toulouse au cours des quinze dernières années. Pour le pasteur Paul Ohlott cette première fête nationale de l’Évangile à Toulouse doit être l’occasion pour les chrétiens évangélistes de se retrouver, et pour les autres Toulousains de découvrir les pratiques de ces Chrétiens festifs qui chantent et dansent lors de leurs offices du dimanche et qui continuent à croire aux miracles et aux guérisons divines. À l’attention des quelque 700 Chrétiens évangélistes attendus samedi sept pasteurs interviendront samedi sur des thèmes religieux. Mais samedi et dimanche entrer 19 heures et 23 h 30, tout le monde est invité, dans la limite des mille places disponibles, à assister aux trois concerts de Wesley (The Voice, sur TF1), Leader Vocal (Rap) et Djam’s (Raï, Pop, Gospel).

Source : La Dépêche du Midi

Publicités